L’art monumental communiste en Corée du Nord

Au lieu d’être en compétition, la dimension rituelle et l’œuvre de restitution du passé s’intégrent mutuellement et interagissent, au point qu’à chaque commémoration du Parti Unique se superpose celle de l’Art Monumental chargée de sa représentation. C’est sur la valeur de témoignage de l’expérience vécue que repose la gloire historique de cette nation nordique, asiatique et nationale-communiste. Combattants perpétuels et armés de la Révolution Nationale-Bolchevique, les Nord-Coréens se proclament en droit de sculpter dans une forme éternelle, dans une matière impérissable, l’histoire de leur temps, dont ils furent, sont et seront les infatigables générateurs. Car pour se pouvoir tourner en arrière et de regarder le passé, pour être apte à le raconter sereinement avec des mots justes mais aussi de manière inexorablement vraie, Il est nécessaire que chaque nazbole et chaque nazbol soit capable de devenir le descendant de lui-même.

Cela signifie associer à une attitude imprégnée d’historicisme à l’égard des expériences vécues une tentative de réinterprétation du présent qui renvoie à la dimension proprement visuelle de ces monuments artistiques destinés à l’autoreprésentation des origines révolutionnaires de la dictature nord-coréenne.


Monument de la Fondation du Parti des travailleurs


Tour du Juche


Arche de la Réunification


Palais du Mémorial Kumsusan

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s